L’Encadrement des loyers pour bloquer les excès de la spéculation immobilière à Villejuif

encadrement des loyers villejuif

La hausse des loyers à Villejuif est précipitée par l’arrivée des métros 14 et 15 dans les prochaines années. Depuis l’entrée en vigueur de la loi Elan, le 25 novembre 2018, les communes situées dans une zone dite tendue peuvent décider de plafonner les loyers.

Ce dispositif, déjà en place à Paris, permettrait de réguler les loyers les plus élevés, améliorant ainsi le quotidien des locataires du parc privé, notamment les plus modestes.

Elle concerne tous les logements changeant de locataire et qui impliquent donc un nouveau contrat de location. Le but est d’empêcher le propriétaire de profiter des difficultés des locataires à se loger pour imposer des hausses de loyer démesurées.

Décidons Villejuif s’engage à porter cette exigence au niveau du territoire (Grand Orly Seine Bièvre – EPT 12) afin d’enclencher le plafonnement des loyers dans notre ville.

Pour en savoir plus

En vidéo, « Ce qu’il faut savoir sur l’encadrement des loyers, effectif à Paris ce lundi 1er juillet 2019« , LCI
Un article, « Le Val-de-Marne en pleine discussion sur l’encadrement des loyers« , Le Parisien

Pour prendre le pouvoir, il faut d’abord prendre la parole : le questionnaire, c’est par ici !

A lire sur cette thématique logement et développement urbain :

Le logement et le développement urbain à Villejuif
En finir avec le scandale du logement indigne
Valoriser le logement social afin que Villejuif demeure une ville pour tous
Habitat participatif : allier convivialité et mixité sociale
Pour en finir avec les passoires thermiques

Pour prendre la parole sur nos 7 autres thématiques : tous les questionnaires, c’est par ici !

 

1 Comment

  1. L’encadrement des loyers dans le cadre légal actuel (loi ELAN) est un outil intéressant. Plus précisément, il peut être efficace pour limiter l’envolée des loyers. Par contre, il ne permettra pas vraiment de combattre la gentrification, ni de favoriser à la mixité sociale. En effet, c’est le préfet, et pas la mairie, qui définit le loyer de référence, en fonction de l’état du marché locatif. L’exemple de Paris est éclairant. Si on compare avec les données de l’observatoire des loyers (organisme indépendant), on constate que les loyers de référence fixés par la préfecture sont proches des loyers médians début 2018. C’est mieux que rien, mais pas très abordables quand même. Sauf pour certaines zones bien précises, par exemple le quartier de la Gare dans le 13eme arrondissement. Cette zone contient le deuxième quartier le plus pauvre de France. La mixité sociale se résume alors à mixer les pas très pauvres avec les pauvres…
    Sources
    http://www.drihl.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/arrete.pdf
    https://www.observatoire-des-loyers.fr/loyers/niveaux

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*