Le sport au service de la mixité et de l’intergénérationnel

sport mixité villejuif

Le sport cela peut-être une pratique qu’on développe pour en faire un métier.

Mais l’accès au sport professionnel n’est pas si aisé. Et surtout pouvoir en vivre décemment n’est pas toujours facile et tous les sports ne sont pas logés à la même enseigne. Nous sommes convaincus qu’il faut soutenir les clubs sportifs dans le travail qu’ils font au jour le jour :

  • pour d’une part, éveiller nos enfants à la découverte d’un sport et,
  • d’autre part, ouvrir aux jeunes les portes de la compétition, créant ainsi des vocations chez des milliers de jeunes.

Mais, on le sait, le sport c’est également un moment de loisirs, de détente, de moments partagés et de découverte. C’est une mission importante du sport qui dépasse les âges et les genres. Dans le sport aussi on peut tenter de décloisonner, d’ouvrir des brèches et de changer les paradigmes.

Le sport et la mixité

Bien des sports collectifs voient leurs équipes essentiellement masculines ou essentiellement féminines. Il est rare de trouver des sports où les équipes sont mixtes. Fatalité ou construction sociale ? A Décidons Villejuif, il nous semble possible de travailler au décloisonnement, le temps d’un tournoi, d’un événement qui fêterait la mixité et le mélange des genres. Comme par exemple l’initiative d’une entreprise qui organise chaque année l’événement Footworking.

« Chaque année l’entreprise Sésame organise l’événement Footworking à travers son projet citoyen Foot d’Elles. L’idée ? Organiser une rencontre entre les femmes et hommes passionnés de football. La journée est rythmée par un tournoi de football puis des conférences visant à promouvoir la place des femmes dans les instances sportives et le sport pratiqué par les femmes. »

Le sport et la rencontre des générations

Il est également intéressant à noter les initiatives qui mettent l’intergénérationnel en avant. Quel intérêt nous y voyons ?

D’abord faire se rencontrer des populations qui ne se côtoient pas toujours. En France on aime bien les cases. Ainsi, on a les activités pour les jeunes ou les activités pour les séniors. Les activités pour les parents ou les activités pour les enfants. Et ainsi de suite. Et même quand les activités ne cloisonnent pas au niveau de l’âge ou du genre, il y a comme un certain naturel qui revient au galop et les participants se retrouvent dans un entre-soi confortable.

Ensuite cela permet aussi aux différentes générations d’une famille de se retrouver pour un moment ludique dans un événement sportif original.

Dans une ville, cela permet également à différentes associations et à différents services de la municipalité de travailler ensemble : le service jeunesse en collaboration avec le CCAS (centre communal d’action sociale) par exemple. Voyez par exemple cette initiative à Chilly-Mazarin.

Et vous, vous en pensez quoi ? Pour prendre le pouvoir, il faut d’abord prendre la parole : le questionnaire, c’est par ici !

A lire sur cette thématique jeunesse, culture, sport et loisirs :

Culture, sport et loisirs, tout un programme !
Hors les murs, la culture aussi dans les quartiers !
Sport et autisme, lutter contre l’isolement des familles
Le carnaval vecteur de lien social

Pour prendre la parole sur nos 7 autres thématiques : tous les questionnaires, c’est par ici !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*