Solidarité et accès aux services publics. Décidons une autre politique.

L’actualité de ces derniers mois, les luttes et les manifestations nous le prouvent : la solidarité ça compte ! On y tient !

Dans notre société qui de plus en plus  met en avant les valeurs marchandes et néglige, quand elle ne les bafoue pas, les valeurs humaines on fait appel à elle.

Elle  est souvent qualifiée de familiale, nationale, internationale.

Pour faire bien on lui a même donné un ministère, des élus la représentent dans les villes ou les départements.

On lui organise des conférences, des débats, des fêtes, des rencontres…

On en parle sans vraiment trop savoir qui elle est, ce qui se cache derrière son nom.Certains trouvent qu’il y en a trop, d’autres pas assez.

Dans cet article (à lire ici) au paragraphe  « utilisation politique du terme » on peut lire :

« L’État pratique une redistribution des revenus et des richesses que les hommes politiques élus justifient, selon leur tendance politique, par un « devoir de solidarité » entre membres d’une même société, par une augmentation des inégalités sociales menaçant la cohésion sociale, ou par une confiscation des richesses produites par le travail au profit du capital, nécessitant une redistribution des richesses. Selon les plus libéraux, économiquement parlant, cette pratique tend vers l’assistanat et la spoliation étatique. »

Les mots importants sont là :

Redistribution des richesses.

Cohésion sociale.

Comment la ville peut-elle agir sur la redistribution des richesses ?

À Décidons Villejuif nous pensons qu’ une tarification sociale en faveur du plus grand nombre peut remplir cette mission en agissant via le Quotient familial, en redéfinissant  la politique tarifaire basée sur le quotient familial (QF) de la collectivité pour l’ensemble des activités municipales (Accueils de loisirs, Eveil Sportif, Ecole Multi- Sports, Séjours..). L’objectif étant  de rendre ces services accessibles au plus grand nombre  en s’assurant de ladéquation des tranches de Quotient Familial avec la réalité socio- économique de la population.

Et comment  peut-elle agir sur la cohésion sociale ?

Pour nous il est impératif de retisser le lien social communal par la création ou la pérennisation de lieux de rencontre ou/et des structures de proximité.

Pourquoi ne pas réinvestir les Maison pour Tous, la Maison des parents et créer des Jardins d’alimentation, cafés citoyen, des permanences d’écrivains publics, une université populaire, etc. : il s’agit de multiplier toutes les initiatives de quartier qui renforcent le sentiment d’appartenance et la cohésion sociale par le partage de moments festifs (bals, carnavals, fêtes de fin d’année scolaire)…

Quand tout va bien, dans sa vie, dans sa ville, on n’y pense pas. Mais, dès qu’on a un problème on se tourne vers sa famille, ses amis. Quand ils ne répondent pas à l’appel on prend rendez-vous avec l’assistante sociale de la mairie ou du département. Parfois  aussi on va rencontrer  les membres d’une association dite de solidarité. On vient chercher une aide, un soutien, une solution pour passer un cap difficile.

À Villejuif qu’en est-il du service social ? Des aides apportées à la population ?

Nous avons bien un CCAS, peau de chagrin qui ne mérite même pas son nom. Rien que le nombre d’assistantes sociales présentes dans le service vous donne un ordre d’idée : aux dernières nouvelles elles étaient deux… DEUX  pour une ville de 56 661 habitants (en 2015). Il est grand temps de redonner à notre ville un CCAS digne de ce nom, de mener une politique d’action sociale de proximité au plus près des publics concernés (présence d’antennes sociales mobiles dans les quartiers, mise en place d’un service itinérant de travailleurs sociaux…) afin de répondre au plus vite aux besoins des populations fragilisées. Mettre en place un camion itinérant des services publics municipaux pour faciliter l’accès de chacun aux prestations, dans tous les quartiers afin de favoriser l’accès au droit et réduire le non recours aux prestations.

https://www.aide-sociale.fr/centre-action-sociale/

Et vous, vous en pensez quoi ?

Un questionnaire vous invite à partager vos constats, réagir sur ces trois propositions sélectionnées parmi les idées auxquelles nous travaillons pour améliorer la situation et à ajouter vos idées et propositions.

Pour prendre le pouvoir, il faut d’abord prendre la parole : le questionnaire, c’est par ici !

A lire sur la thématique solidarité et accès aux services publics :
Le non-recours aux droits, un scandale social
Créer des lieux de solidarité : et pourquoi pas un café associatif ?
Le CCAS, l’outil indispensable de la solidarité communale
Innovation publique territoriale : les services publics construits avec les habitants

mais aussi
Un camion guichet itinérant pour les services publics ?

Pour prendre la parole sur nos 7 autres thématiques : tous les questionnaires, c’est par ici !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*