Soirée programmatique du 6 février, discours d’Élisabeth Arend, notre tête de liste.

Nous nous sommes réunis nombreu.x.ses hier en atelier pour discuter programme municipal. Élisabeth Arend a ouvert cette soirée par ce texte:

Démocratie ?

 

Une fois tous les 5 ou 6 ans on nous fait croire au Père Noël, on nous demande d’aller voter… puis de rentrer chez nous. Il y a urgence à en finir avec la répartition des rôles qui a été distribuée depuis trop longtemps. Il y aurait les pros de la politique, les experts, d’un côté et puis nous, les citoyens, de l’autre.

 

Il est temps, grand temps d’en finir avec ce pléonasme de «  démocratie participative » inventé pour nous faire croire que l’on voudrait bien nous redonner le pouvoir. Le dictionnaire est clair : DEMOCRATIE «  Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens. »

 

« Le pouvoir au peuple » ?

« La parole aux citoyens » ?

Chiche !

Osons reprendre ce qui nous a été trop longtemps dérobé et qui nous appartient !

 

Bien sûr nous n’avons pas le langage, leur langage. Mais que diable nous aussi nous parlons ! Je crois profondément que nous sommes tous capables de réfléchir, de penser et d’agir sur nos vie. Avec nos mots, nos phrases, exprimons-nous sans complexe, sans honte de ce que nous sommes. En toute liberté.

 

C’est ce que nous vous invitons à faire ce soir, dans le cadre des élections municipales, réfléchissons ensemble à notre vie, notre ville. Où souhaitons-nous vivre ? Comment ? Avec qui ? Quel Villejuif des années à venir voulons-nous ?

 

On prend les mêmes et on recommence ou on se décide à réfléchir et agir ensemble ?

Et si on commençait ce soir ? Décidons nos vies, décidons Villejuif !

Pour prendre le pouvoir, il faut d’abord prendre la parole. Décidons Villejuif vous invite à vous exprimer et à décider l’avenir de la ville via 8 formulaires thématiques. Décidons Villejuif

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*