Retraites : Décidons Villejuif soutient les grévistes

Depuis déjà 2 mois, la question de la réforme des retraites agite notre pays, et a donné lieu à un mouvement populaire d’une rare ampleur. Mais que se passe-t-il exactement ?

La proposition du gouvernement prétend « tout reprendre à zéro », sans tenir compte des conquis sociaux antérieurs, qui viennent compenser une pénibilité de travail avérée. Et cette remise à zéro n’a qu’un seul but : le profit. Mais, le profit de qui, exactement ?

Quand on est riche, on investit. Et − véritable sport national − on « défiscalise », nous dit-on. Ce faisant, ce sont des milliards d’euros chaque année qui échappent à la solidarité, et de façon pas toujours légale. Quand on est riche, on choisit ses investissements, on choisit où et comment on place son argent, et tout cet argent n’est au final plus redistribué là où il est véritablement nécessaire pour le collectif…

De fait, ça ne ruisselle pas beaucoup…

Qui paie alors pour les services publics, pour les routes, les hôpitaux, les écoles, la justice, pour les retraites, pour les aides à ceux qui en ont le plus besoin ? La solidarité tourne en vase clos. Et quand on sait que 8 milliardaires français possèdent davantage que 20 millions de leur concitoyens… ça laisse songeur.

Notre système de retraite actuel, si imparfait soit-il, est un système redistributif. Il permet à la société française d’être solidaire de ses retraités. Et c’est aussi celui qui a les meilleurs résultats : en Europe, c’est dans notre pays que la proportion de personnes retraités pauvres est la moins forte !

Alors, pourquoi vouloir absolument nous faire changer de système ? Pourquoi vouloir annihiler tous les principes de notre solidarité nationale au profit d’un système individualiste et élitiste ?

La réponse est simple : pour faire des profits. Mais pas le nôtre : en 2019, les bénéfices des dirigeants des grandes entreprises ont explosé… et les inégalités aussi.

Cette réforme des retraites essaie de se justifier sous le prétexte de l’« universalité », mais elle n’a d’universelle que le nom. Des régimes spéciaux existeront-ils toujours ? Bien sûr ! Ils ne seront en revanche plus fonction de la pénibilité du travail exercé, mais uniquement fonction des intérêts des grandes entreprises ! Forts avec les faibles, faibles avec les forts.

En termes de justice sociale, et donc de solidarité, on a vu mieux…

Une retraite et une solidarité « tombola »

On nous vend tout de même une retraite meilleure pour tout le monde, ou du moins « pour ceux qui le méritent ». Mais ce discours qu’on nous ressert sur les chaines de télévision oublie tout ce qui est passé sous silence, tous les non-dits, parce que « trop compliqué pour nous », quand il n’est pas simplement mensonger.

La réforme des retraites, c’est un âge « pivot », qui sera toujours plus élevé à mesure que vous vous en approcherez. Un horizon que vous ne toucherez du doigt qu’une fois que votre espérance de vie en bonne santé aura été intégralement consommée par le capitalisme.

Cette réforme, c’est aussi des points que l’on gagne pour sa retraite… mais dont personne ne pourra vous garantir la valeur une fois que vous y serez. Les Belges, en s’opposant au même type de fonctionnement qu’on tentait de leur imposer, ont donné un nom à cette façon de faire : la retraite tombola. C’est bien cela que nous voulons ? Une solidarité tombola ?

Mais ce n’est pas tout ! En calculant ces points sur l’ensemble de la carrière, au lieu de ne conserver que les meilleures années, ce système condamnera quiconque ne débute pas dès la sortie de ses études avec un salaire mirobolant à une baisse significative de sa pension, dans le public comme dans le privéEt les femmes, qui le plus souvent font une pause dans leur carrière pour mettre au monde des enfants, y perdront encore davantage…

Et on pourrait encore en écrire des pages… Que ce soit la part de la richesse du pays réservé aux retraites qui sera fixée, même si le nombre de retraités augmente… que ce soient les très hauts revenus qui ne cotiseront plus au-delà d’un certain montant, les poussant droit vers les assurances privées qui leur garantiront un avenir d’opulence…

Au final, tout ce que cette réforme va faire, c’est que ceux qui ont les moyens iront nourrir les fonds d’investissements pour cotiser de leur côté, achevant encore un peu plus notre solidarité déjà terriblement mise à mal par toutes les réformes de ce gouvernement…

Et nous, que voulons-nous ?

Voulons-nous de cette société qui ne prête plus attention à chacun de ses membres, y compris les plus fragiles ? Qui n’aide plus à la hauteur des besoins, mais seulement en fonction de l’appétit des puissants ?

Même quand ça ne concerne pas directement notre commune, il nous faut décider. Solidarité ?

Alors décidons !

Pour prendre le pouvoir, il faut d’abord prendre la parole. Décidons Villejuif vous invite à vous exprimer et à décider l’avenir de la ville via 8 formulaires thématiques. Décidons Villejuif

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*